Workshop

Air Pollution and Multiple Sclerosis: An Ecological Study | La pollution atmosphérique et la sclérose en plaques : une étude écologique

Wednesday, January 26, 2022, 1:00pm-2:00pm

Knowledge Transfer session on January 26, 2022. The objective of this research is to explore the link between air pollution and multiple sclerosis (MS). MS is a chronic progressive neurological disease of young adulthood that results in significant physical and cognitive disability. Rates of MS in NB are among the highest in the world. Greater exposure to air pollution has been previously implicated as risk factor and basic science studies demonstrate that pollutants can cross the blood brain barrier. We previously conducted a prevalence study and identified regional variation in MS prevalence in NB. To explore this geographic variability, we compared air pollution levels and MS prevalence using data housed at NB-IRDT. We stratified MS cases by geography, into one of the thirty-three Health Council Communities (HCCs), and assigned long-term air pollution levels (i.e. particulate matter 2.5µm (PM2.5), nitrogen dioxide (NO2), sulphur dioxide (SO2) and ozone (O3)), from the Canadian Urban Environmental Health Research Consortium (CANUE) to each HCC. Average pollutant levels were all below established Canadian air quality standards. We found PM2.5 was positively associated with MS prevalence. Our results offer additional evidence for a link between ambient PM2.5 and MS, even in areas with low air pollution levels such as NB.



L'objectif de cette recherche est d'explorer le lien entre la pollution de l'air et la sclérose en plaques (SEP). La sclérose en plaques est une maladie neurologique progressive chronique du jeune adulte qui entraîne une incapacité physique et cognitive importante. Les taux de SP au N.-B. sont parmi les plus élevés au monde. Une plus grande exposition à la pollution de l'air a déjà été impliquée comme facteur de risque et des études scientifiques fondamentales démontrent que les polluants peuvent traverser la barrière hémato-encéphalique. Nous avons précédemment mené une étude de prévalence et identifié la variation régionale de la prévalence de la SP au Nouveau-Brunswick. Pour explorer cette variabilité géographique, nous avons comparé les niveaux de pollution de l'air et la prévalence de la SEP à l'aide de données hébergées à l'IRDT-NB. Nous avons stratifié les cas de SEP par géographie, dans l'une des trente-trois communautés du Conseil de la santé (HCC), et attribué des niveaux de pollution atmosphérique à long terme (c.-à-d. particules 2,5 µm (PM2,5), dioxyde d'azote (NO2), dioxyde de soufre (SO2) et ozone (O3)), du Consortium canadien de recherche en santé environnementale en milieu urbain (CANUE) à chaque HCC. Les niveaux moyens de polluants étaient tous inférieurs aux normes canadiennes établies de qualité de l'air. Nous avons constaté que les PM2,5 étaient positivement associées à la prévalence de la SEP. Nos résultats offrent des preuves supplémentaires d'un lien entre les PM2,5 ambiantes et la SM, même dans les régions à faible niveau de pollution atmosphérique comme le Nouveau-Brunswick.


To find out first about training and events offered at NB-IRDT subscribe to our newsletter

Missed this session? Don't worry, it was recorded and is available for viewing here:

Session Lead

Dr. Sandra Magalhaes

Research Associate